AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
VENEZ SOUTENIR LE FORUM ICI
Un topic commun est lancé, venez nous rejoindre: minimum 300 mots :h1:. Go go
N'oubliez pas qu'il vous faut 3 RPs différents pour pouvoir accéder à une confrérie. Rendez-vous ici pour plus d'infos :hate:
La V.2 est enfin disponible. Les nouveautés et vos commentaires c'est ici :coeur:

Partagez | 
 

 Tonight is about celebration ft. Ezechiele

Aller en bas 
AuteurMessage
Phi Delta Phi
avatar
IDENTITY
Messages : 110
Miamiams : 121
Age : 25
Date d'inscription : 10/06/2018
Autre(s) compte(s) : aucun
Avatar : Rodolfo Valente
Crédit : Signature : alaska
Statut : Célibataire
INFOS
INFOS
MES LIENS:
MES RPS PRÉVUS:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Tonight is about celebration ft. Ezechiele   Mer 13 Juin - 21:48



MIAMI GAY CLUB - 21 AOÛT 2014 - 23:15

Ce soir était un grand soir de fête à Miami. En effet, après des années de lutte acharnée, la Floride venait enfin de voter la légalisation du mariage homosexuel dans l’état. Alors certes, c’était l’un des derniers états à le faire, certes ils n’avaient pas trop le choix, mais au moins désormais cette injustice est réparée. Pour l’occasion le plus grand club gay de la ville avait organisé une énorme soirée. Quand ils peuvent ramener du monde ceux-là, ils sont toujours présents. C’était une immense soirée, le club n’avait jamais attiré autant de monde. On y retrouvait de tout : des folles en T-Shirt moulant roses aux lesbiennes portant des chemises en flanelle, des drag-queens aux mecs un peu trop fans de la salle de sport. Tout le monde était là et Adail n’échappait pas à la règle.

Cela faisait maintenant un an qu’Adail était arrivé à Miami. Un an seulement et pourtant il ne se voyait nulle part ailleurs. Il adorait cette ville : le luxe, la plage, le soleil, il se sentait complètement dons son élément. C’était exactement comme Rio, mais sans les pauvres et les tuberculeux. Le paradis quoi. L’année prochaine il entamera sa deuxième année. Il allait devoir se mettre un peu plus sérieusement au travail : il avait un peu profité de sa première année ici pour boire, faire la fête et rencontrer intimement la grande partie de la gente masculine de la ville. Du moins, ceux qui ont un physique intéressant. Il comptait également intégrer l’équipe de football de l’université. Il n’avait pas pu le faire l’année dernière parce qu’une règle stupide interdisait aux premières années d’intégrer l’équipe. Ce n’est rien, ils allaient bientôt voir ce qu’ils ont manqué pendant un an. Il s’était fait des amis, il s’était fait des ennemis… Comme toujours, il y avait des gens jaloux de son argent, de son talent, de sa beauté… Bref, il avait fait sa vie quoi.

Adossé au bar, il regardait autour de lui histoire de voir si un quelconque mec valait la peine qu’il s’intéresse à lui. Vu la soirée, les proies s’annonçaient plutôt faciles ce soir. Oui, Adail était clairement ici pour trouver un mec avec qui passer la nuit. Le mariage homosexuel en Floride, il en avait pas grand chose à faire. C'était déjà légal depuis un moment au Brésil et personne n'en avait fait des caisses. Personne ne retenait vraiment son attention. Ce n’est pas grave, les mecs sont toujours plus intéressants après un verre ou deux. Il interpella le barman en claquant des doigts. Ce dernier semblait ne pas trop avoir apprécié le geste mais vint tout de même à sa rencontre. C’était son job après tout. Adail lui cria alors : « Un shot de tequila et un whisky ! » . C’est en tirant une tronche pas possible que le barman lui servit sa commande. « T'as raison de pas sourire, ça creuserait encore plus tes rides ! ». Il descendit le shot avant de se rendre sur la piste de danse, son verre de whisky à la main.

Une horde de gays et lesbiennes étaient en train de danser et s’égosiller sur du Lady Gaga. Ce n’était pas très beau à voir et à entendre. Eux avaient dû commencer la soirée depuis un moment. Adail lui se contentait de se déhancher légèrement en se glissant entre les différentes personnes. Il devait bien avoir quelqu’un de potable dans cette foule. Apparemment il n’avait pas encore assez bu. Il se posa sur la terrasse du club histoire de prendre un peu l’air. La soirée ne faisait que commencer, il avait tout le temps de trouver un mec à ramener chez lui.

_________________
BORN TO RULE
RAISED TO CONQUER
Revenir en haut Aller en bas
Président PDP
Administration
avatar
IDENTITY
Messages : 304
Miamiams : 296
Age : 24
Date d'inscription : 12/03/2018
Autre(s) compte(s) : L. Holly Ziegler
Avatar : Jack Falahee
Crédit : Bat'phanie
Statut : Célibataire à ce qu'on sait
INFOS
INFOS
MES LIENS:
MES RPS PRÉVUS:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tonight is about celebration ft. Ezechiele   Ven 15 Juin - 11:25

Ezechiele marchait la tête baissée et le poing serré. Ce type était vraiment un connard. Pour qui se prenait-il avec ses grands airs et son poste non-mérité de rédacteur en chef ? Il n'était rien de plus qu'un gars arrogant, en quête de pouvoir et dans l'abus. Dans les locaux du journal, tout le monde avait rigolé quand le petit nouveau qu'était Ezechiele s'était vu attribuer le reportage sur l'homosexualité. C'était quoi leur problème au fond ? L'Italien avait d'abord était très content d'apprendre qu'il s'était vu confier une telle responsabilité, mais s'était renfermé face aux autres réactions. Quelque chose n'allait pas. Et ce quelque chose, c'était l'endroit où il devait se rendre pour faire son article. Pour le bizuter sans doute, l'abruti qu'était le dirigeant n'avait trouvé de meilleur endroit que le pub gay le plus réputé de Miami. Super.

Notre jeune homme n'était pas homophobe, bien au contraire. Il était intimement convaincu que chacun devait être libre de pouvoir aimer qui et comment il le voulait. Mais il n'était pas assez tolérant pour se dire que se rendre dans un club LGBT était un bon plan de soirée, et ce, pour plusieurs raisons. D'abord, parce qu'il n'avait absolument aucune attirance pour la gente masculine, ensuite parce qu'il était parfaitement hétérosexuel et enfin, parce qu'il n'avait aucune envie que des jeunes hommes en chaleur se frotte à lui au debout d'un verre ou dans un coin sombre. C'était l'image qu'il avait de ce genre de réunion. C'était ce que les hommes de sa famille racontaient chez lui. L'homosexualité y était interdite.

Dans une angoisse tout de même présente, mêlée à de la détermination de prouver à tout ces cons qu'il ferait un bon journaliste et qu'aucune situation ne pouvait lui être défavorable, il se prépara. Pour une énième fois, Ezechiele choisit une chemise blanche, qu'il rentra dans un jean noir et ses mocassins fétiches. C'était un homme beau, et se voir ainsi dans le miroir ne fit qu'accroître son inquiétude. S'il y allait comme ça, il allait se faire draguer, c'était sûr. Peut-être qu'une cravate rendrait le tout suffisamment sérieux pour que personne n'ait envie de l'approcher. En considérant que c'était une bonne idée, il noua la plus simple qu'il avait autour de son coup et fit les cent pas dans sa chambre à la confrérie en attendant que l'heure vienne.

Finalement, il s'était dirigé vers ce pub si réputé aux alentours de vingt-heures, puisqu'il savait d'expérience que les clubs connaissaient une pointe de fréquentation dans ces eaux-là. On ne pouvait pas dire qu'il était très à l'aise. Pour se protéger, il n'avait que son téléphone, puisqu'il avait fait le choix judicieux de ne pas apporter son appareil photo dans un tel endroit. Le faire aurait été suicidaire. Son article se ferait via son iPhone et ce serait largement suffisant.

La musique battait à fond, la boisson coulait à flots et les corps se déhanchaient. Se frayer un chemin était compliqué, d'autant plus qu'Ezechiele faisait tout son possible pour éviter tout contact. En arrivant au bar, il lâcha un long soupir. La soirée risquait d'être longue, s'il ne s'autorisait pas un peu à lâcher prise. Un Sex on The Beach à la main, le jeune homme s'éloigna en se dirigeant vers l'air libre. Il avait besoin de respirer et de reprendre un peu de courage. Le chemin avait été sinueux et compliqué, mais finalement, la terrasse atteinte Ezechiele jeta un coup d'oeil. C'était beaucoup plus calme ici, qu'à l'intérieur et pour son article, cela serait sûrement plus facile. Ni une, ni deux, il repéra un brun qui semblait trainer tout seul et en prenant sa détermination comme moteur, il se dirigea vers lui, en même temps que le stress s'insinuait en lui. « Ez, tu peux le faire. Tu. Peux. Le... »

« Toi aussi, tu viens fêter la légalisation du mariage homosexuel ? »

La voix était presque tremblante, mal assurée. Du haut de ses dix-neuf ans, Ezechiele ne savait pas comment s'y prendre et sa façon d'accoster ce gars n'était certainement pas la meilleure. Il tendit sa main.

« Je m'appelle Ezechiele. »

Si l'intonation était hésitante, le sourire était franc. Il fallait vraiment qu'il se détende, rien ne pouvait arriver, personne n'atteindrait son derrière sans autorisation et personne n'allait lui sauter dessus ou du moins, il l'espérait. Pour chasser cette image de son esprit, il but d'un trait le contenu de son verre.

« Tu viens souvent ici ? »


_________________
full of honey and wounds
When a devil falls in love, it’s the most hauntingly beautiful thing ever. And you should be terrified, for he will go to the depths of hell for her. ▬ I am not here to tame your darkness,” she whispered,“ I am here to live in it.
Revenir en haut Aller en bas
Phi Delta Phi
avatar
IDENTITY
Messages : 110
Miamiams : 121
Age : 25
Date d'inscription : 10/06/2018
Autre(s) compte(s) : aucun
Avatar : Rodolfo Valente
Crédit : Signature : alaska
Statut : Célibataire
INFOS
INFOS
MES LIENS:
MES RPS PRÉVUS:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tonight is about celebration ft. Ezechiele   Sam 16 Juin - 10:50

Alors qu’Adail s’était installé à la terrasse essayant comme il pouvait d’esquiver les fumées de cigarette, une petite voix l’interpella. Elle semblait s’adresser à lui.   « Toi aussi tu viens fêter la législation du mariage homosexuel ? » C’était presque inaudible avec le brouhaha de la musique. Le son se rapprochait de celui d’un petit agneau qui avait perdu sa maman. Certainement un adolescent mineur qui n’avait rien à faire là et qui venait de réunir tout le peu de courage qu’il avait pour aborder Adail. Ça aurait pu être mignon si Adail avait un cœur, mais pas de chance pour lui il n’avait pas été livré avec cette pièce à la naissance. Il se retourna, s’apprêtant à lâcher une pique au malheureux mais s’arrêta net. A côté de lui ne se trouvait pas un adolescent de 16 ans mais bel et bien garçon d’approximativement son âge. Il n’était pas trop mal le bougre si on lui enlevait son petit air de chiot perdu. Comment un mec comme lui pouvait avoir l’air si peu sûr de lui ? Adail n’avait pas le temps d’y réfléchir, réfléchir sur lui-même prenait déjà assez de temps il n’allait pas commencer à s’intéresser aux autres. En tout cas, le jeune homme venait de captiver son intention, la soirée allait ne pas être si mauvaise que ça finalement.

Il fallait répondre à sa question maintenant. La réponse honnête aurait été : « Non, je m'en tamponne le coquillard », mais ça aurait fait passer Adail pour un connard. Autant garder cette révélation pour plus tard, histoire que le petit chiot ne s’enfuie pas tout de suite. « Oui, oui c’est ça je fête le mariage homosexuel. Un grand jour pour l’humanité. Wouh Murica ! »  Il aura au moins essayé.

Le gars se présenta par la suite en tendant la main vers Adail. Adail la fixa quelques minutes. Il était hors de question qu’il la serre, il n’avait aucune idée d’où elle avait trainée. « Enchanté Ezechiele, moi c’est Adail. » Il trinqua avec son verre, histoire de passer pour mec social et histoire de ne pas avoir à la toucher non plus. Il avait l’air pas mal étrange. Ça devait être sa première fois dans un club gay vu l’état de stress dans lequel il était. Il avait dû sortir du placard il y a peu de temps. Oui, parce qu’il ne trompait personne avec sa petite cravate et ses petits mocassins, le vrai petit homosexuel qui pense pouvoir se cacher. Mais chéri, ton look fait encore plus gay qu’un concert de Madonna. « Sympa la cravate, mais je crois que c’est un peu trop pour ce genre d’endroit ». Il n’avait pas pu s’empêcher de faire une remarque.

« Si je viens souvent ici ? Ça m’arrive, mais ce n’est pas vraiment mon endroit préféré. C’est un peu trop cliché. » En vrai, il venait que quand il était vraiment en chien en fin de soirée parce qu’il savait qu’ici il n’y avait que des proies faciles qui écartaient les jambes dès qu’un mec avait les abdos dessinés. Et autant vous dire que les abdos d’Adail attiraient pas mal de monde. « Et toi ? C’est ta première fois non ? » C’était même plus qu’évident. Adail faisait mine de s’intéresser à lui, il était plutôt mignon et personne d’autre dans la boîte avait l’air d’être intéressant de toute façon. Il ne couchait pas avec les puceaux d’habitude, ils sont chiants, ils ont peur d’avoir mal et après ils sont collants. Mais bon, il allait peut être faire une exception ce soir, tant pis sa messagerie sera remplie de messages en pleurs.

_________________
BORN TO RULE
RAISED TO CONQUER
Revenir en haut Aller en bas
Président PDP
Administration
avatar
IDENTITY
Messages : 304
Miamiams : 296
Age : 24
Date d'inscription : 12/03/2018
Autre(s) compte(s) : L. Holly Ziegler
Avatar : Jack Falahee
Crédit : Bat'phanie
Statut : Célibataire à ce qu'on sait
INFOS
INFOS
MES LIENS:
MES RPS PRÉVUS:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tonight is about celebration ft. Ezechiele   Ven 22 Juin - 16:50

Il ne fallait pas être un génie pour voir qu'Ezechiele n'était pas spécialement à l'aise d'être dans ce pub. Pour un hétérosexuel, coureur de jupons, plutôt mignon, c'était plutôt embarrassant de se retrouver dans une soirée quasiment cent pour-cent homosexuel. C'était vraiment une situation peu banale, mais le jeune homme n'avait pas le choix. Il fallait qu'il prouve à l'équipe du journal qu'il pouvait réussir n'importe quoi et que ce piège qu'ils avaient voulu tendre au petit nouveau n'allait pas fonctionner. Il avait alors pris son courage à deux mains, un peu d'alcool et il était prêt. Il n'était pas question de faillir et de passer à côté d'une telle opportunité de briller dans le groupe du journal. Il voyait déjà son article, qui serait certainement le meilleur de tous, avec son nom en bas, de quoi laisser sa marque et imposer son style. Quoi de mieux que d'enquêter sur la communauté homosexuelle, lors d'une période aussi importante que la légalisation du mariage ?

Ce qui avait été le plus difficile, ça avait été, en plus de se faufiler parmi tous ces gens excités, de trouver quelqu'un avec qui parler sans prendre trop de risque. Ezechiele ne voulait pas se faire draguer, mais il savait que cela serait forcément un peu compliqué. Il fallait pourtant bien tenter quelque chose et il avait fini par trouver une cible. Une des rares personnes se trouvant sur la terrasse seul. Un type, certainement du même âge que lui, qui avait l'air renfermé mais après tout, s'il était là, c'est qu'il devait être un minimum sympa. La façon de l'aborder n'était pas la meilleure. Ezechiele, qui ne savait pas comme s'y prendre, se montrait peu convainquant. La réponse de l'inconnue n'était pas des plus sincères. En apprenti journaliste qu'il était, il savait un minimum déchiffrer les émotions et avait parfaitement senti l'ironie. Il avait même vu la réticence de ce Adail à lui serrer la main, mais n'avait pas bronché. Trinquer ça revenait au même, non ? Un sourire pour faire passer la chose, et tout irait. Le but était que l'introduction se passe bien. Il fallait avoir de quoi écrire son article. Il voulait vraiment un truc d'enfer, cependant, la petite remarque sur sa cravate avait titillé son égo.

« Ouais, je... je savais pas trop comment m'habiller, en vérité. Je connais pas bien les standards de ce genre d'endroit... »

Peut-être qu’il aurait du dire les choses différemment. En y réfléchissant, il trouvait l’utilisation de « genre » un peu méprisant. Après tout, ça n’était qu’un bar gay. En apprenant que ce pub n'était pas vraiment le style de place qu'il fréquentait d'habitude, Ezechiele se sentit à la fois soulagé et à la fois déçu. Soulagé, parce qu'il ne risquait donc pas de mal prendre sa remarque peut-être maladroite, et déçu, parce qu'il se demandait s'il n'était pas tombé sur un hétéro qui s'était perdu. L'article n'aurait pas la même valeur à ses yeux s'il n'obtenait pas des réponses et des informations de quelqu'un de véritablement concerné par la cause. C'était psychologique. Avant de répondre à la question qui s'adressait à lui, il but une grande gorgée de son alcool. Simplement pour se détendre. Quand était-il censé dire qu'il était hétérosexuel et surtout, comment ?

« Yep. Bien deviné. J'suis... vraiment jamais venu ici. C'est un baptême, on va dire ! »

Ezechiele s'essaya à un sourire beaucoup trop forcé.

« Bon, j'imagine que ça se voit à des kilomètres que je suis pas vraiment à l'aise. C'est tout nouveau pour moi.»

Est-ce qu'au moins, il se rendait compte que tout ce bla-bla ne faisait qu'accentuer l'idée qu'il était homosexuel ? En tout cas, ça faisait très gay tout fraichement sorti du placard.

« En fait, je prépare un article sur la légalisation du mariage homosexuel en Floride, du coup, je me suis dit : quoi de mieux que l'immersion pour avoir les meilleurs impressions ? J'ai pas raison ?»

Combler pour palier au malaise, il savait très bien comment faire. Ezechiele était un tchatcheur dans l'âme.

« Oui, je suis journaliste, si jamais tu te demandais. À petite échelle, évidemment. J'aspire à bien plus grand que le mensuel du campus, si tu vois ce que je veux dire.»

D'un trait, il avala son verre.

« Est-ce qu'on est pas censé s'amuser ce soir ?»

Créer un lien, c'était ce qu'il voulait. Pour que ce soit facile. Préciser qu'il n'était pas gay lui était vraiment sortie de la tête et c'était vraiment un détail important.

« Tu acceptes de répondre à mes questions, si je vais chercher d'autres verres ? »

Il n'était peut-être pas à sa place ce soir, mais au moins, il était sympa. C'était déjà ça.





_________________
full of honey and wounds
When a devil falls in love, it’s the most hauntingly beautiful thing ever. And you should be terrified, for he will go to the depths of hell for her. ▬ I am not here to tame your darkness,” she whispered,“ I am here to live in it.
Revenir en haut Aller en bas
Phi Delta Phi
avatar
IDENTITY
Messages : 110
Miamiams : 121
Age : 25
Date d'inscription : 10/06/2018
Autre(s) compte(s) : aucun
Avatar : Rodolfo Valente
Crédit : Signature : alaska
Statut : Célibataire
INFOS
INFOS
MES LIENS:
MES RPS PRÉVUS:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tonight is about celebration ft. Ezechiele   Lun 25 Juin - 16:45

Adail regarda de façon insistante Ezechiele de haut en bas. Effectivement, il n’avait aucun goût vestimentaire et aucun sens du style. Les vêtements qu’il portait étaient d’une banalité déconcertante. Généralement lorsque quelqu’un sort dans un club, il cherche à se démarquer, pas à se fondre dans la masse. Mais, bon vu le malaise dans lequel il était, c’était peut-être mieux pour lui qu’on ne le remarque pas trop. « Bien si tu veux des conseils modes tu es à l’endroit idéal ! C’est rempli de Versace en devenir ici… Enfin… Ils pensent être Versace, mais ils sont plus du genre … H&M, si tu vois ce que je veux dire. Enfin bref, la mode s’ouvre à toi ! Mais fait attention de ne pas finir en sapin de Noël ! »  Un homosexuel qui se prend pour un styliste c’est un peu comme Valérie Damidot : tu lui dis que tu aimes les couleurs et tu finis par ressembler au drapeau de la gaypride. Il fallait rester prudent. Mais peut être que ce n’était pas ce qu’il souhaitait dire par là, peut-être que le fameux Ezechiele était intéressé par un autre style de tenue qu’on ne peut pas porter partout. « Après si ton style c’est plus du cuir y a d’autres bars pour ça aussi. Je peux te donner les adresses. »  

Il ressemblait tellement à Bambi, un petit faon tout craintif qui vient de perdre sa maman et qui n’a aucune idée d’où il se trouve. Cours Bambi, cours, parce qu’ici tu es entouré de hyènes. Ça le rendait presque mignon. Dommage qu’Adail n’était pas du genre à aimer les trucs mignons. Bon si, il les aimait, mais il ne l’avouera jamais. C’était donc bien sa première fois ici. En même temps il ne fallait pas être Sherlock Holmes pour le deviner. C’était étonnant qu’il ne se soit pas encore enfui en hurlant, traumatisé à jamais par cette première expérience.  « Ouais mais ne t’inquiète pas après deux ou trois verres tu seras tout de suite plus à l’aise et tu seras avec eux en train de t’égosiller sur du Cher ! »  Enfin, il espérait qu’il avait quand même un peu plus de dignité et de goût que ça. Mais bon, vu l’endroit où ils se trouvaient il ne fallait pas trop se faire d’illusion. Dans quelques mois il allait sûrement devenir un habitué du club, à se tortiller contre le premier mec venu dans son débardeur à résille.

Lorsque les gens parlaient trop, Adail avait tendance à déconnecter de la conversation. Déjà de une parce que toute conversation qui ne portait pas sur lui n’avait que peu d’intérêt et de deux, il n’allait pas user ses capacités cognitives dans un club. C’était déjà assez fatigant d’écouter les bêtises que ses professeurs racontaient la journée, il allait ne pas se concentrer le soir. Bref, le fameux Ezechiele avait dit quelque chose sur le mariage homosexuel apparemment. Adail se devait de dire quelque chose, juste histoire de donner l’illusion qu’il était en train de suivre. « Ouais, ouais c’est génial ! » On aura connu mieux comme réponse. Le brésilien n’a jamais été très bon pour faire semblant. L’autre, en revanche, ne s’arrêtait vraiment pas de parler, une vraie pipelette. Non, Adail ne se demandait pas du tout s’il était journaliste : il n’en avait pas grand-chose à faire. Puis pour être honnête, il n’appréciait pas vraiment les journalistes : toujours là à le traquer depuis son tout jeune âge, toujours à lancer des fausses rumeurs sur sa famille par simple jalousie. Campus ? Pourquoi il lui parlait du campus ? Il était à l’université lui aussi ? C’est peut-être pour ça que son visage lui semblait familier, il l’avait peut-être déjà croisé par le passé.  Bref, il s’en battait les steaks de ses histoires. C’était impossible de l’arrêter. A croire qu’Adail allait bientôt devoir l’embrasser pour enfin le faire taire. Mais pour le moment il n’était pas assez ivre pour se lancer dans du roulage de patin en public de la sorte. En plus, il allait surement effrayer le petit Bambi s’il se jetait sur lui de la sorte.  

Ezechiele eût enfin une bonne idée en suggérant de rendre la soirée plus amusante. Adail regarda son verre vide, il avait effectivement besoin de la petite sœur assez rapidement. Surtout s’il avait l’intention de passer la seconde avec lui. Il parlait beaucoup, mais il avait le mérite d’être mignon. S’il n’ouvrait pas trop la bouche au lit, ça pouvait le faire. Bon, malheureusement Bambi ne semblait pas en avoir réellement terminé avec la parlotte puisque la condition pour avoir un nouveau verre était de répondre à de nouvelles questions. Soit, il devait boire et n’avait pas grand-chose de plus intéressant à faire de toute manière. . « Si ça peut te faire plaisir écoute ! Je suis partant pour un autre whisky ! Mais demande au barman de ne pas mettre autant de glaçons cette fois ! »  C’était de l’alcool qu’il voulait, pas de l’eau.

_________________
BORN TO RULE
RAISED TO CONQUER
Revenir en haut Aller en bas
Président PDP
Administration
avatar
IDENTITY
Messages : 304
Miamiams : 296
Age : 24
Date d'inscription : 12/03/2018
Autre(s) compte(s) : L. Holly Ziegler
Avatar : Jack Falahee
Crédit : Bat'phanie
Statut : Célibataire à ce qu'on sait
INFOS
INFOS
MES LIENS:
MES RPS PRÉVUS:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tonight is about celebration ft. Ezechiele   Jeu 28 Juin - 18:09

« Si c’est tous des faux Versace, qu’en est-il de toi ? Tu peux peut-être donner des conseils à leurs places ? »

Est-ce que ça ressemblait à de la drague, peut-être un petit peu mais Ezechiele, dans sa naïveté, ne s’en rendez pas vraiment compte. C’était vrai que ce Adail était plutôt bien habillé mais ça n’était pas non plus un grand modèle. L’Italien n’était pas sûr de s’en inspirer. Malgré la petite remarque, il l’aimait quand même sa cravate. Il avait éprouvé une certaine gêne quand son interlocuteur avait évoqué l'idée du cuir. un frisson avait parcouru son échine et était remonté jusqu'à la naissance de ses cheveux, au niveau de la nuque. Est-ce qu'il parlait vraiment de ce dont il croyait qu'il parlait ? La gorgée qu'il avait absorbé pile à ce moment là, avait eu du mal à passer.

« Quoi ? Non, pas du tout. C'est pas mon délire ! Enfin, je vois pas ce qui te fait dire ça, je ... »

Plus tu cherche à te défendre, plus tu parais coupable. C'est la première chose que lui avait appris ses cours de criminologie. Il fallait se reprendre.

« Je ne suis pas intéressé par ce genre d'adresse. »

C'était simple et clair. Aucune ambiguïté. C'était un peu comme l'histoire de Cher. En vérité, Ezechiele ne savait même pas ce que c'était, mais ne releva pas, il se contenta simplement de sourire et de boire un peu plus. Ça devenait véritablement gênant, d'autant plus que le jeune homme ne semblait pas vraiment intéressé par ce qu'Ezechiele racontait. Heureusement, les verres étaient vides et le jeune Italien l'avait bien remarqué. C'était le moment de marchander. Des réponses en échange d'un whisky. C'était conclu.

« Ça marche ! Pas trop de glaçon, c'est noté !  »

Et sur ces mots, il rentra dans l'enceinte de la boite de nuit, qu'il avait eu tant de peine à quitter une vingtaine de minutes auparavant. Le chemin était le même, semé d'embuches. Il était difficile d'accéder au bar, mais non pas sans peine.

« Deux whiskys ! Peu de glaçon ! »

Il avait fallu s'égosiller pour que la commande arrive jusqu'à l'oreille du barman. Ezechiele avait choisi la même chose que son partenaire de soirée. Il lui fallait quelque chose de plus fort, pour tenir le coup.

Quelques minutes plus tard, il était de retour.

« Et voilà pour toi. Alors, on commence l'interrogatoire ? »

Un sourire, une gorgée et c'était partit.

« Ça fait longtemps que tu sais que t'es gay ? Enfin, déjà, t'es cent pour cent homosexuel, ou t'as un penchant pour les jolies demoiselles ?  »

Ezechiele ne cessait de se le répéter : l'interview ne serait parfaite que s'il s'agissait d'un homme qui aimait les hommes, ou d'une femme qui aimait les femmes.Il s'était mis ça dans la tête, pour une raison inconnue.

daidai:
 


_________________
full of honey and wounds
When a devil falls in love, it’s the most hauntingly beautiful thing ever. And you should be terrified, for he will go to the depths of hell for her. ▬ I am not here to tame your darkness,” she whispered,“ I am here to live in it.
Revenir en haut Aller en bas
Phi Delta Phi
avatar
IDENTITY
Messages : 110
Miamiams : 121
Age : 25
Date d'inscription : 10/06/2018
Autre(s) compte(s) : aucun
Avatar : Rodolfo Valente
Crédit : Signature : alaska
Statut : Célibataire
INFOS
INFOS
MES LIENS:
MES RPS PRÉVUS:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tonight is about celebration ft. Ezechiele   Jeu 5 Juil - 11:32

« Oh je suis pas du tout expert dans la matière. Je paie des gens pour s’occuper de ça pour moi c’est plus facile. Ils sont plutôt doués tu ne penses pas ? » Il avait intérêt à lui répondre oui. Au prix où Adail payait les stylistes, il espérait bien qu’ils faisaient de bon boulot. De toute manière, même en portant un sac à patate, le Brésilien restait magnifique, du moins dans son esprit. Le petit n’avait pas l’air très enthousiaste à l’idée du cuir. Il cachait quelque chose ? La vitesse à laquelle il avait réfuté cette affirmation était assez douteuse. En tout cas, il ressemblait de plus en plus à Bambi. Qu’est-ce qu’il était donc venu faire ici ? Le pauvre n’allait pas survivre à cette soirée, il allait se faire manger tout cru. C’était triste, Adail pourrait se sentir presque mal pour lui. Mais encore une fois, il n’avait pas de cœur et n’en avait rien à faire. « Chacun ses goûts tu sais ! Je suis désolé si ça t’as choqué, mais c’est vrai qu’à te regarder tu as l’air du genre à être … soumis. » Cette phrase avait clairement pour objectif de déstabiliser un peu plus son interlocuteur, au risque de l’achever. Adail trouvait ses réactions assez marrantes et complètement décalées avec l’ambiance du lieu et de la soirée. Il n’était clairement pas à sa place et il comptait bien en jouer pour le moment. Il s’ennuyait, un peu d’occupation lui faisait le plus grand bien. Adail fixait Ezechiele alors qu’il buvait nerveusement, un sourire en coin. Stressé et potentiellement bourré ? La soirée s’annonçait de plus en plus intéressante. Il lança un merci presque inaudible lorsqu’il se leva et l’observa se frayer un chemin en direction du bar.

L’italien revint quelques minutes plus tard les deux verres à la main. Adail avait hésité quelques instants à s’enfuir histoire de trouver un mec plus intéressant et moins bavard, mais s’était ravisé au dernier moment. Il sentait qu’il pouvait vraiment s’amuser avec Ezechiele. Certes pas de la manière à laquelle il avait d’abord pensé, mais il sentait qu’il pouvait le mettre bien mal à l’aise et très facilement. C’était quelque chose qu’il aimait : mettre mal à l’aise les gens. Ça lui donnait un petit sentiment de pouvoir. Il attrapa le verre qui lui était tendu et s’installa un peu plus confortablement. Un interrogatoire ? Génial, il ne se sentait pas du tout prisonnier du tout à cet instant. Il lui posa sa première question. C’était une question assez surprenante, mais qui restait finalement assez banale.  « Hum… Je ne sais pas trop. Je ne me suis jamais trop posé la question en faites, je crois que je l’ai toujours su. Et puis j’ai grandi au Brésil, la sexualité c’est très débridé là-bas, c’est pas tabou comme ici. Donc bon… Et non jamais je toucherai une femme, j’ai vu assez d’horreur ! » Rien que l’idée de se retrouver avec une fille lui donnait la nausée. C’était juste inimaginable ! Il prit une gorgée de whisky en fixant Ezechiele en face de lui. Plus il parlait et plus il devenait bizarre. Quel genre de personne posait ce genre de questions dans un club gay ? Il aurait sans doute dû faire plus attention à ce qu’il racontait tout à l’heure, peut-être qu’il avait donné l’explication.

« Et toi alors ? Depuis quand tu as commencé à… poser des questions ? » Pourquoi serait-il le seul à demander après tout ? Adail était maintenant persuadé que l’italien n’était pas sorti du placard. Il était plutôt dans une phase où il était en train de questionner sa sexualité. Peut-être voulait-il essayer avec un homme ce soir, histoire de voir ce que ça faisait ? Avec Adail, il était parti pour une soirée qu’il n’allait jamais oublier, si seulement il pouvait moins parler…

Hors Sujet:
 

_________________
BORN TO RULE
RAISED TO CONQUER
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
IDENTITY
INFOS
MessageSujet: Re: Tonight is about celebration ft. Ezechiele   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tonight is about celebration ft. Ezechiele
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» How do you rate President Obama's speech tonight?
» tonight, we are young [04/04/12 à 14h21]
» In The Air tonight [Livre 1 - Terminé]
» Eric ~ let's groove tonight
» Tonight gonna be a good night [Nicho]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOW TO SURVIVE A SCANDAL  ::  :: Flashback & Flashforward-
Sauter vers: