AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
VENEZ SOUTENIR LE FORUM ICI
Un topic commun est lancé, venez nous rejoindre: minimum 300 mots :h1:. Go go
N'oubliez pas qu'il vous faut 3 RPs différents pour pouvoir accéder à une confrérie. Rendez-vous ici pour plus d'infos :hate:
La V.2 est enfin disponible. Les nouveautés et vos commentaires c'est ici :coeur:

Partagez | 
 

 Albana L. Castellano •• Et quand le jour se lève, je reviens vers toi

Aller en bas 
AuteurMessage
Omega Khi
avatar
IDENTITY
Messages : 358
Miamiams : 322
Age : 20
Date d'inscription : 12/03/2018
Autre(s) compte(s) : Aucune schizophrénie détectée
Avatar : Charlie Jordan
Crédit : By Hedgekey
Statut : Célibataire
INFOS
INFOS
MES LIENS:
MES RPS PRÉVUS:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Albana L. Castellano •• Et quand le jour se lève, je reviens vers toi    Lun 7 Mai - 20:43

Albana Laetizia Castellano
In the end, we only regret the chances we didn't take

Identity Card
Prénoms:  Elle s'appelle Albana et son deuxième prénom est Laetizia. Des prénoms typiquement espagnols comme le sont ses origines. Nom:  Castellano est le nom de famille de son père et donc le sien Date et lieu de naissance: Elle est née à Bomont dans l'état de Virginie aux USA, le 31 mars 1998 Âge: Elle a vingt ans et toutes ses dents Origines: Sa mère est américaine, son père est quant à lui espagnol. Ses grands-parents vivent encore en Espagne, mais elle n'y va pas souvent. Elle a passé le plus clair de son temps à Bomont. Nationalité: Américaine, juste américaine. Situation amoureuse: Elle est en couple avec un garçon qui est resté en Virginie. A voir si ça va tenir... Orientation sexuelle: Hétéro on suppose Année d'études: B2 Major: Journalisme Minor: Sociologie Option: (réservé aux lycéens. Plus d'infos ici) xxx Inventé ou scénario ?: Inventé Avatar: Charly JordanSecret: C'EST OK
Code à compléter:
Code:
<K1>✗ CHARLY JORDAN</K1> - ALBANA L. CASTELLANO


Me, Myself and I
Albana est une jeune femme qui s’intéresse à beaucoup de choses, principalement la simplicité de ces choses. Elle est parfois un peu penchée sur l’art, mais pas dans son entièreté. Elle aime la peinture, et flâner dans des galeries lui fait oublier le temps qui passe en l’embarquant dans un monde totalement abstrait qu’elle cherche à comprendre et à découvrir. Elle ne pratique cependant aucune forme d’art, et se contente simplement d’être spectatrice et de s’y intéresser, parfois. Elle aime écouter de la musique, partout, tout le temps, en épargnant les oreilles de ses proches. Albana aime danser, mais ça se limite à sa chambre en compagnie de son aspirateur, son balai lorsqu’elle effectue les tâches ménagères. C’est un moyen pour elle de se vider la tête, d’oublier la journée passée et de décompresser après une journée de cours bien chargée. Elle aime le yoga, elle prend des cours de yoga. Pas tellement pour le côté sportif, mais plutôt ce côté bien être en se concentrant sur soi-même et sur son "moi intérieur". Après une séance de deux heures, Albana revient détendue, libérée et complètement vidée. L’espagnole aime être en osmose avec la nature : se coucher dans l’herbe d’un parc ou encore y lire un livre la rend si calme, si paisible, ce qui pousse à dire qu’elle a une utilisation très limitée de la nouvelle technologie. Si son entourage se détruit les neurones à l’aide de smartphones ou jeux vidéo, Albana refuse de se ruiner là-dedans. Jamais elle ne mettra des centaines de dollars pour un smartphone, alors que le sien est sans doute un vieux dinosaure aux yeux de certains. L’ordinateur ? Elle ne l’occupe que pour ses études, son blog et sa passion pour le journalisme. Ce qu’elle préfère reste malgré tout le contact avec les êtres humains, plutôt que de prendre le temps de mettre en page ce qu’elle a pu tirer de ses interviews. Elle préfère de loin qu’on lui écrive une lettre manuscrite plutôt qu’un e-mail. Elle trouve ça beaucoup plus poétique, plus sincère aussi et sans doute plus écologique.

Albana a des habitudes assez bizarres, mais qui pourtant font partie de ces choses qu’elle aime particulièrement : marcher pieds nus partout et tout le temps. Se vêtir de vêtements trop larges, lorsqu’elle se retrouve cloitrée chez elle, ou en communion avec la nature, loin de tout, loin de la réalité. Alba’ adore cuisiner, mais est très mauvaise cuisinière. Elle ne mange d’ailleurs pas de viande, et se contente que « de verdure » ou de nourriture véganes. Albana aime se lever tôt pour profiter des levers de soleil, ça lui donne l’impression d’être à l’avance sur la vie. Elle aime particulièrement se perdre dans les tea room à observer les gens, à lire, à prendre des notes pour des articles qu’elle pourrait écrire. Elle aime se déplacer en vélo, parce que c’est écologique, et plus agréable que la voiture ou les transports en communs. Elle aime lire dans les astres parce qu’elle trouve ça fascinant et tellement incompris ou abstraits, mais aussi marcher sous la pluie ou rester couchée dans son lit en écoutant les gouttes qui frappent son velux. Contre toute attente, elle aime la barbe de trois jours d’un homme, aller au ciné et être seule dans la salle de cinéma. Elle adule les questions existentielles, parce que certaines lui donnent un but réel dans la vie. L’odeur des vieux livres la charment, la neige la réconforte et les caresses dans ses longs cheveux blonds la bercent.

A contrario, Albana déteste le rap principalement parce qu’ils ont cette fâcheuse habitude à se faire passer pour des dépressifs de la vie dans leurs paroles. Elle n’aime pas les gens qui se plaignent constamment quand leur vie pourrait être bien pire. Elle supporte difficilement le mensonge, ni les non-dits, tout comme l’incertitude. Elle a peur des hommes qui roulent trop vite. Albana a peur qu’on la prive de cette liberté qu’elle veut à tout prix arborer, qu’on l’empêche de voir les gens qu’elle apprécie, de vivre comme elle en a envie et surtout de penser comme elle veut penser. Jamais elle ne se ruinera dans les magasins de marques, ni dans les boutiques de luxe et d’ailleurs elle ne supporte pas les miroirs des cabines d’essayage.

A côté de ça, Albana est une jeune femme à l’écoute. On peut lui parler, on peut même se confier. Elle est foncièrement gentille et douce ; elle veut le bien de ses proches. C’est une jeune femme qui est accessible, qui aime discuter avec tout le monde et personne à la fois. Elle garde le sourire aux lèvres aussi longtemps qu’elle le peut, et pense naïvement que tout le monde a cette petite part d’intérêt qui fait de lui, ou d’elle, ce qu’il est/qu’elle est. Albana est aimable, mais aussi aimante et affectueuse, avec toujours une touche de liberté pour ne pas tomber dans cette démagogie de la fille trop fleur bleue, trop romantique ou tout simplement, beaucoup trop pot-de-colle – quoi que ça, elle peut l’être. Elle est appliquée dans son travail, autonome et débrouillarde.  Elle est digne de confiance, fidèle, rigoureuse et optimiste. Toujours. Néanmoins, elle peut être autoritaire avec elle-même. Elle a besoin d’exister dans la vie des gens et pour ça, elle n’hésite pas à crier et à s’imposer quand elle a l’impression d’être écartée, peu écoutée, ou peu entendue. Elle est boudeuse, mais heureusement ça ne dure jamais longtemps. Maladroite et étourdie, son surnom est très certainement "Pierre Richard" à l'américaine, et ce n’est pas un scoop. Elle est mystérieuse, et avec un père pasteur elle garde ses croyances pour elle uniquement. Elle est relativement rancunière, est c’est sans doute son plus gros défaut.


Social Organizations
Omega Khi
Albana est proche de la nature, elle est proche de l’être humain. Elle aime se ressourcer dans le minimum syndical. Sa personnalité la rend proche des autres, parfois un peu trop naïve pour se rendre compte que son prochain n’est pas forcément aussi gentil qu’elle l’espère. Pas forcément technophile, elle n’utilise l’ordinateur et la technologie pour le journalisme, mais aussi pour son blog. Loin d’avoir le portable dernier cris, le sien ne lui permet même pas de surfer sur le net, mais tant mieux. Elle a ce besoin de se déconnecter. Parfois. Souvent.
Alpha Epsilon
Elle aime l’art, elle aime se perdre dans des galeries et se laisser inspirer par l’ambiance qui s'y dégage. Pour autant, elle n’est pas une artiste dans l’âme. Elle ne pratique que l’écriture, mais rien de bien artistique. Elle admire les artistes, elle veut pouvoir pénétrer dans leur monde et arriver à les comprendre, à vivre avec eux. La demoiselle préfère de loin rester spectatrice qu’actrice dans ce genre de discipline.
Eta Gamma
On ne va pas le nier, Albana fait un minimum attention à l’image qu’elle renvoie. Sans être cette jeune femme qui aime rester dans la salle de bain des heures entières, elle essaie toujours de refléter quelque chose de pétillant, de plaisant. Pour ça, elle se tourne vers des produits et technique totalement bio. Totalement contre les tests sur animaux, elle met un point d’honneur sur la composition et la manière dont été prouvé divers produits de beauté. Ou du moins, le peu qu’elle utilise.  

Who I am ?
En vérité, je m'appelle Kim, mais on me reconnait souvent sous le pseudo de Ninou/XSCAPE. J'ai trop de bougies et je me suis inscrite sur HTSAS parce que je suis trop contente de me lancer dans cette nouvelle aventure avec carrybou  :keur: . J'ai trouvé le forum sur mon ordi  :tutu: et pour le peu que j'en ai vu, je le trouve PARFAIT, comment ça je ne suis pas objective ?. Ah ! j'oubliais, j'ai X comptes qui sont les suivants: @"pseudo de ton DC" , @"pseudo de ton DC" & @"pseudo de ton DC"  Autre chose ? J'y crois !  :fire: . Attention les copains, j'arrive !

© How to survive a scandal

Revenir en haut Aller en bas
Omega Khi
avatar
IDENTITY
Messages : 358
Miamiams : 322
Age : 20
Date d'inscription : 12/03/2018
Autre(s) compte(s) : Aucune schizophrénie détectée
Avatar : Charlie Jordan
Crédit : By Hedgekey
Statut : Célibataire
INFOS
INFOS
MES LIENS:
MES RPS PRÉVUS:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Albana L. Castellano •• Et quand le jour se lève, je reviens vers toi    Lun 7 Mai - 20:43

Biography
La citation qui va bien


Create your history


   
   
   

"Je comptais tes pas
Dans la danse qui sépare l’espace de tes choix
Je n’étais pas seule
Les fleurs, tu les comptes sur le bout de tes doigts "


Dans l’aéroport de la ville de Richmond en Virginie, Albana est installée sur l’un de ces bancs de la salle d’embarquement. A côté d’elle, sa sœur jumelle et de l’autre son père perdu dans sa lecture. De temps en temps il lève les yeux vers ces personnes passant devant eux, puis se replonge aussitôt, sans dire un mot. Nora, souffle à côté d’elle. Ça fait déjà plusieurs heures qu’ils attendent de pouvoir embarquer, et visiblement sa patience est à rude épreuve. Albana se contente de pincer ses lèvres, et s’enfonce un peu plus dans son siège. Elle n’a rien à dire à cette dernière, malgré le fait qu’elles soient jumelles, elles ne sont pas aussi proches qu’on aurait pu l’espérer à leur naissance ; elles sont beaucoup trop différentes. Finalement, le numéro de leur vol est annoncé au micro, les prévenants du départ imminent de l’avion en direction de Miami. Miami, une nouvelle vie. Un nouveau départ. Albana est sceptique et excitée à la fois. Elle a hâte, mais redoute en même temps. Pourtant, elle s’ancre rapidement dans ses sensations et ce qu’elle a envie de ressentir, et puis elle positive : ça sera une belle expérience, une belle vie.

Dans l’avion, Albana s’installe aux côtés d’un jeune homme. Sans doute deux ou trois ans plus vieux qu’elle, elle lui adresse un sourire, gênée d’empiéter sur sa zone de confort sans doute. Il espérait peut-être pouvoir garder cet espace pour lui, mais elle va se faire toute petite et puis, elle compte bien préparer le premier article pour son blog. Elle s’excuse presque de s’installer à ses côtés, et pourtant, c’est bien le numéro de siège qui se trouve sur son billet. Son père et sa sœur sont installés plus loin, la voilà prête à passer deux heures trente, environs, dans cet avion, à côté de cet inconnu. Elle ouvre son laptop sur la tablette en face d’elle, ainsi que word. Le temps d’une seconde, Albana s’intéresse au film que son voisin semble vouloir regarder, et prise sur le fait, elle adresse un sourire maladroit à ce garçon. Il est temps de se concentrer, Albana.

"Qui défient noirceur et supplice
Mais moi, je suis attirée par le vice
On s’assemble et ensemble
Mais peux-tu m’attendre ?"


Confortablement assise, Albana attache sa chevelure blonde d’un élastique, puis laisse pendre ses cheveux le long de son épaule. Ses doigts commencent à virevolter sur le clavier de son ordinateur, et ses pensées s’évadent. Elle a envie de parler d’elle, de son enfance. Une enfance heureuse et douloureuse à la fois.

Née dans un hôpital de la ville de Bomont, en Virginie, Albana était presque prédestinée à vivre une jolie vie, selon son père. Déjà parce qu’elle n’était pas toute seule, elles étaient deux. Elles sont deux. Et ne dit-on pas qu’il n’y a rien de plus proches et de plus complémentaires que des jumeaux, ou jumelles ? Au début, entre les deux filles Castellano, c’était un peu le cas. Elles jouaient ensembles, elles se partageaient leurs jouets et, jamais l’une sans l’autre, aimaient se vêtir de la même façon. Elles s’étaient même promis que jamais elles ne se quitteraient, et à chaque réconciliation après une petite querelle, se promettaient de toujours se réconcilier, de toujours rester de véritables sœurs. Petites déjà, leurs parents les habituaient à se rendre à l’église le dimanche, à boire des paroles qui, aujourd’hui, ne sont qu’illusions aux yeux de la jeune fille. Habillées de la même façon et installées au premier rang à côté de leur maman, autant dire que toute l’assemblée connaissait les deux petites filles de l’époque. Ils savaient qu’elles avaient le même sang que cet homme qui prêchait la bonne parole d’un seigneur quelconque.



"Et quand le jour se lève, je reviens vers toi
Ce que je reconnais, ce n’est que vide en moi
D’abus, je vis d’erreurs, tes mots comme une loi
Comme une prémonition, on ne changera pas"


A l’âge de dix ans, les deux jumelles vivent toujours en pleine harmonie. Elles grandissent ensemble, sont inséparables. A l’école, elles ont chacune leur petit groupe d’amis, comme elles ont aussi un groupe en commun. Elles arrivent à trouver leur équilibre dans cette vie, avec des parents aimants. Autour d’elle, le cadre familial commence doucement à se dessiner, une vie qui ne plait pas tellement à Albana, mais pour l’instant elle ne dit rien. Elle vit sa vie, en se disant que leur quelques dizaines d’années y est surement pour quelque chose. Elles continuent à aller à l’église, mais ne s’en vantent pas. Ni l’une, ni l’autre, et si elles peuvent essayer de se faire passer pour malades, alors l’occasion est à prendre. Mais le révérend n’est pas dupe et il compte bien garder ses filles dans le droit chemin. Jusqu’à présent, ça va, il semble gérer tel un bon père. Jusqu’à présent.

Vers l’âge de quinze ans, la crise d’adolescence semble prendre le dessus sur la relation entre les deux sœurs. Autant dire que les personnalités s’éloignent, puisqu’aussi bien Albana que sa sœur n’ont plus les mêmes centre d’intérêts, ni les mêmes passions. Elles n’ont plus la même façon de penser, et Albana s’écarte de ce groupe d’amis qu’elle partageait avec Nora. Eux ils pensent déjà aux soirées qui se déroulent à Bomont, alors qu’Albana préfère se plonger dans des livres, dans des articles ou se tourner vers la nature. Passer son temps à explorer les bois et forêts des environs, lui permettant d’oublier que sa moitié devient une personne qu’elle préfère éviter. Albana préfère la compagnie des animaux et des fleurs à la compagnie de sa propre sœur. Autant dire que c’est une pensée qui la bouffe de l’intérieur, déjà, alors qu’elle n’a que quinze ans.





"Nos cris font tomber
Les murs d’une vie qu’on se plaît à pousser
Les limites des corps
Ceux qui partagent nos ébats, nos pensées"



A l’âge de dix-huit ans, autant dire qu’il n’y a plus aucune entente ni compréhension entre les deux sœurs. Chacune vit sa vie de son côté, et les disputes ne cessent d’éclater, pour tout, tout le temps. Albana a cessé d’espérer quoi que ce soit venant de Nora. La seule chose qu’elle remarque, c’est qu’elle aime montrer que la perfection vit en elle. Meilleures notes, physique sans doute plus avantageux et un goût pour les vêtements bien plus prononcé qu’Albana. Mais elle s’en fout, ce ne sont pas les vêtements qui la feront vivre, qui la feront avancer dans la vie. Il y a plus important que ça, comme il y a plus important que la parole de dieu que leur père ne cesse de ressasser tout le temps. Finalement, au détour d’un journal pour lequel Albana travaille de façon totalement bénévole, elle le rencontre, lui. Ce garçon qui va changer sa vie, changer sa manière de vivre, mais aussi sa façon d’être. Elle va vivre son histoire pour elle, sans y mêler personne et lui, lui il partage le même avis. Ne dit-on pas que pour être heureux, il vaut mieux vivre caché ? Cette histoire, elle y prend goût, elle l’apprécie et ça reste un secret pour eux. Personne n’est au courant, et ça dure prêt d’un an et demi. Jusqu’à ce que le révérend Castellano décide de déménager afin de pouvoir s’occuper d’une toute nouvelle paroisse et de privilégier la scolarité de ses filles. Pas bien loin : deux heures d’avion, mais quand même. Ce n’est plus la Virginie. Un pincement au cœur d’Albana, mais ils se reverront, c’est obligé. Et puis il a promis de l’appeler, de lui écrire. Il lui a promis, en plus de bien d’autres choses…


"On s’éprend de douleurs
Mais on est attirés par notre malheur
On détruit ensemble
Mais peux-tu m’attendre ?"


Après deux heures d’avion, Albana ferme son ordinateur et s’enfonce un peu plus dans son fauteuil. Elle tourne le visage vers l’écran que le garçon à côté d’elle semble regarder, persuadée au fond d’elle qu’il a au moins zieuté à plusieurs reprises, ce qu’elle faisait ou du moins ce qu’elle écrivait. Le jeune homme regarde par-dessus le hublot et lui lance un « Bienvenue à Miami, mademoiselle » ce à quoi elle sourit. Un léger sourire, sans rien ajouter de plus.  Elle se sent encore fébrile dans cette nouvelle ville. Elle aurait pu en profiter pour faire connaissance avec ce garçon, mais finalement elle se contente de ranger son ordinateur et d’attendre patiemment que l’avion atterrisse. Dans l’espace de débarquement, après avoir récupéré sa valise, elle regarde curieusement vers son voisin de siège, dans l’avion et lui adresse un petit signe. Aujourd’hui, une nouvelle vie allait commencer pour elle, alors carpe diem.

"Et quand le jour se lève, je reviens vers toi
Ce que je reconnais, ce n’est que vide en moi
D’abus, je vis d’erreurs, tes mots comme une loi
Comme une prémonition, on ne changera pas"





© How to survive a scandal

Revenir en haut Aller en bas
Président PDP
Administration
avatar
IDENTITY
Messages : 304
Miamiams : 296
Age : 24
Date d'inscription : 12/03/2018
Autre(s) compte(s) : L. Holly Ziegler
Avatar : Jack Falahee
Crédit : Bat'phanie
Statut : Célibataire à ce qu'on sait
INFOS
INFOS
MES LIENS:
MES RPS PRÉVUS:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Albana L. Castellano •• Et quand le jour se lève, je reviens vers toi    Mar 8 Mai - 20:05

C'est qu'elle est jolie, cette demoiselle :m1:


:sex:

_________________
full of honey and wounds
When a devil falls in love, it’s the most hauntingly beautiful thing ever. And you should be terrified, for he will go to the depths of hell for her. ▬ I am not here to tame your darkness,” she whispered,“ I am here to live in it.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
avatar
IDENTITYMessages : 162
Miamiams : 332
Age : 55
Date d'inscription : 12/03/2018
Autre(s) compte(s) : //
Avatar : Julianne Moore
Crédit : idk
Statut : Occupez vous de vos études.
INFOS
INFOS
MES LIENS:
MES RPS PRÉVUS:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Albana L. Castellano •• Et quand le jour se lève, je reviens vers toi    Mar 22 Mai - 21:32

Welcome here
c'est officiel, tu es des notre


Chère @Albana L. Castellano

Suite à votre arrivée dans notre belle ville qu’est Miami, nous vous informons que votre inscription a bien été étudiée, et confirmée. Vous faites désormais partie de notre communauté et qui dit communauté, dit règles. De ce fait, nous espérons que vous avez pris le temps de jeter un oeil à notre règlement. Si par mégarde, cela n’a pas encore été fait, nous vous invitons vivement à vous mettre aux normes.

Si vous êtes étudiants, nous vous rappelons que vous êtes placés pour l'administration dans le groupe appelé "En attente de confrérie". Pour plus d'informations, merci de vous rendre ici

De plus, n’oubliez pas de remplir au mieux votre profil, afin que vos camarades et collègues puissent mieux vous connaitre. Il faut également créer votre fiche de liens, pour tisser des relations avec l’ensemble des habitants de notre ville. Aussi, nous vous demandons de vous assurer que votre avatar est bien recensé dans le bottin, afin que les petits nouveaux sachent que celui-ci est déjà pris.

Comme toute personne de cette nouvelle génération, vous pourrez alimenter vos réseaux sociaux, renseigner votre numéro de téléphone. Vous pourrez aussi demander un appartement, ou une chambre étudiante dans la section prévue à cette effet.

La détente est également maître mot de votre temps libre, donc vous pourrez passer quelques minutes dans le flood !

Enfin, toute l’administration et moi-même vous souhaitons la bienvenue, officielle, et espérons que votre évolution parmi nous se déroulera sans encombre. À la moindre question ou au moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter afin que nous optimisions au mieux votre expérience à nos côtés.

Avec toutes mes amitiés,

Miss E. Winterbottom,
votre directrice adjointe.

MESSAGE PERSONNEL:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
IDENTITY
INFOS
MessageSujet: Re: Albana L. Castellano •• Et quand le jour se lève, je reviens vers toi    

Revenir en haut Aller en bas
 
Albana L. Castellano •• Et quand le jour se lève, je reviens vers toi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand l'aurore se lève et rend nos robes semblables à la roche. PV Apache
» [FB] Quand le rideau se lève
» Quand le soleil se lève sur les MONTS D’ARREE
» Quand le Soleil se lève [PV : Ashton]
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOW TO SURVIVE A SCANDAL  ::  :: Your Registration :: Completed registration form-
Sauter vers: