AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
VENEZ SOUTENIR LE FORUM ICI
Un topic commun est lancé, venez nous rejoindre: minimum 300 mots :h1:. Go go
N'oubliez pas qu'il vous faut 3 RPs différents pour pouvoir accéder à une confrérie. Rendez-vous ici pour plus d'infos :hate:
La V.2 est enfin disponible. Les nouveautés et vos commentaires c'est ici :coeur:

Partagez | 
 

 Ezechiele C. Madriani •• Smile or go to jail

Aller en bas 
AuteurMessage
Président PDP
Administration
avatar
IDENTITY
Messages : 304
Miamiams : 296
Age : 24
Date d'inscription : 12/03/2018
Autre(s) compte(s) : L. Holly Ziegler
Avatar : Jack Falahee
Crédit : Bat'phanie
Statut : Célibataire à ce qu'on sait
INFOS
INFOS
MES LIENS:
MES RPS PRÉVUS:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Ezechiele C. Madriani •• Smile or go to jail   Lun 7 Mai - 21:02

Ezechiele C. Madriani
La citation qui va bien

Identity Card
Prénoms:  Ezechiele Cupido Nom: Madriani Date et lieu de naissance: 24 avril 1994, Palermo Âge: 24 ans Origines: Italiennes Nationalité: 100 % Italiano Situation amoureuse: Coeur à prendre Orientation sexuelle: Qui sait ? Année d'études: M1 Major: Journalisme Minor: Criminologie  Option: (réservé aux lycéens. Plus d'infos ici) XXXX Inventé ou scénario ?: Inventé Avatar: Jack Falahee Secret: Merci de ne pas répondre, réservé aux admins
Code à compléter:
Code:
<K1>✗ JACK FALAHEE</K1> - EZECHIELE C. MADRIANI


Me, Myself and I
(Afin d'en savoir un peu plus sur la psychologie de votre personnage, nous vous demandons de nous détailler le caractère de ce dernier. Ce qu'il aime manger, boire, sa façon de penser, ou encore de réagir dans diverses situations. Vous pouvez aussi nous dire comment il se comporte avec les femmes/hommes, en société ou si c'est un fêtard. Bref, dites-en nous le plus possible en minimum 500 mots)

Des bruits de clavier ne cessaient de retentir dans l'habitacle. Certains en étaient même dérangés, d'autres étaient trop pris par leur film pour seulement se rendre compte que le jeune homme utilisait son ordinateur presque frénétiquement. Ses doigts étaient agités, excités. Il était concentré et ne remarquait même pas qu'un pied était en train de se faufiler sur son accoudoir du côté du hublot, chose qui normalement, le dégoûtait et avait tendance à le mettre hors de lui. Le savoir vivre était quelque chose d'extrêmement important pour Ezechiele. Du jour de sa naissance à celui de son départ du cocon familial, l'éducation avait toujours été le maître-mot de sa famille. Par éducation, on entendait évidemment, politesse, bonne manière, propreté et obéissance. Dans la famille Madriani, aucun écart n'avait jamais été permis. Il fallait toujours être propre sur soi, clean, impeccable. C'était une caractéristique qui était bien restée chez le jeune homme. Cette fois-là, dans cet avion à destination de Miami, il était l'un des rares hommes en costume. Sans doute issu d'une grande marque, il accordait toujours cette importance à être chic en toute circonstance et bien qu'il soit préférable d'être à l'aise lors d'un vol, voyager en "business class" avait ces quelques avantages.

Ça n'était pas vraiment son choix. Son père, très riche homme d'affaires italien, n'aimait pas voir ses enfants dans la médiocrité. Il avait tendance à vouloir qu'ils soient comme lui, excessifs, exubérants. Malheureusement, ça n'était pas le cas d'Ezechiele. Lui, à l'inverse de sa jeune sœur avait cette volonté d'indépendance ce qui signifiait ne pas profiter de l'argent de la famille et de faire les choses de lui-même. C'était pour ça qu'il avait trouvé un travail dès qu'il en avait été en âge, à Miami : pour se débarrasser de tout l'argent sale qui payait ses études, ses fringues et ses vols. Il ne crachait pas dessus, parce que ça n'était pas dans sa nature, mais il se détestait de voyager sous la coupe de son père. On pouvait clairement dire qu'il y avait une petite animosité entre les deux hommes, et ce, depuis toujours. Le futur journaliste n'était pas du genre hypocrite et avait beaucoup de mal à cacher ce qu'il pensait vraiment. Que cela plaise ou non, il n'avait jamais peur de tenir tête et de dire ses propres vérités. S'il le faisait avec son père, chef de famille, il n'avait aucune peine à le faire avec ses amis, des inconnus, des professeurs.

Le vol entre Palerme et Miami était d'une durée interminable, mais heureusement, Ezechiele était quelqu'un de patient. Impulsif, mais patient. Quand il avait embarqué à Lisbonne, pour le dernier morceau du trajet, il avait fait un petit somme. Si petit qu'il avait mis un réveil pour perdre le moins de temps possible, parce qu'il avait du travail. Il était ce genre d'étudiant travailleur bien que ce qu'il avait entrepris en montant dans l'avion sur sa belle île sicilienne n'avait absolument rien à voir avec ses cours. On pouvait parler d'une enquête qu'il menait. Alors, après cette courte semaine passée au sein de sa famille, il avait beaucoup de choses à entrer dans son ordinateur et il était hors de question de perdre la moindre seconde. Il aimait organiser son temps et surtout, l'économiser. Ezechiele était assidu et impliqué. Quand il commençait quelque chose, il n'arrêtait pas avant d'avoir fini et mieux encore, avant que tout ne soit parfait. Enfant, il n'avait jamais eu le droit à l'erreur. En tant qu'aîné de la famille, il devait donner l'exemple à ses cadets et avait endossé le rôle de leader. À Miami, en tant qu'étudiant en M1, il avait volontiers participé à un projet de parrainage, pour accompagner de plus jeunes élèves à réussir leurs études. Il aimait rendre service, quand les gens en avaient réellement besoin. Il était gentil. Gentil, mais pas stupide. Ezechiele savait reconnaître les profiteurs, les intéressés et n'hésitait pas à s'éclipser de leurs mauvaises griffes. Il n'aimait pas être pris pour un con et c'était sans compter sur son tact pour le faire savoir. Il avait tendance à exprimer même son contentement de la plus classe des manières dans un premier temps, avec des pincettes et avec finesse. En revanche, il n'hésitait jamais s'il fallait être plus clair. Il savait l'être.

S'il y avait bien quelque chose qu'il ne contrôlait pas vraiment et ne s'en vantait absolument à aucun moment de sa vie, c'était son charisme et sa beauté. Parce que oui, il le savait, il était ce genre d'homme sur lequel on peut aisément se retourner dans la rue. Cette pensée lui vint quand il sentit sur lui une pression trop insistante pour être agréable. Quand il leva les yeux de son écran qui était beaucoup trop lumineux par rapport à l'éclairage dans l'avion, lors d'un vol long courrier, il soupira intérieurement. Deux jeunes filles, probablement encore lycéennes et très certainement issues de familles aisées comme la sienne, le regardaient d'un œil grâce à l'espace entre leurs sièges. Ça n'était pas agaçant, juste gênant. Le jeune homme n'aimait pas être au centre de l'attention. Il était plutôt discret, même si ses costumes et sa prestance avaient tendance à produire l'effet contraire. Comme toute réponse à ses adolescentes excitées, il laissa échapper un petit sourire en coin dont il avait le secret. Celui qui fait chavirer des cœurs et qui sans aucun doute allait lui assurer une tranquillité parfaite pour le reste du voyage. Il était malin et savait comment gérer certaines situations, spécialement celle-ci. Il savait examiner les personnes qu'il avait en face de lui. Il avait appris ça avec le temps dans sa famille. Les gens ne sont pas forcément ceux que l'on croit qu'ils sont.

Après une longue escapade dans les airs, finalement, le bel Italien posa un pied sur le sol américain qui lui avait tant manqué. Il n'était pas vraiment "famille" et préférait largement la solitude. Il n'était pas particulièrement sociable, mais il savait comment s'intégrer pour ne pas paraître trop bizarre quand même. Il n'était pas ce type qui se force, non plus. Le jeune homme savait s'entourer du nécessaire et des gens vrais, ceux qui étaient là pour l'amitié. Ezechiele savait faire la fête, sortir, boire un verre bien que cela ne soit pas très récurrent ces derniers temps. C'était quelque chose qu'il avait beaucoup fait en étant plus jeune, comme tout le monde, mais qui avait diminué en fréquence cette dernière année. Ses responsabilités étaient devenues plus importantes et il était du genre à prendre cela très à cœur. Tellement que tous les moyens étaient bons pour les mener à bien. Le problème ? Ezechiele était du genre à avoir des scrupules et des regrets. Il détestait son côté manipulateur, mais malheureusement, c'était un indispensable dans sa vie. Il fallait savoir jouer un peu la comédie quand on faisait ce qu'il faisait et quand on entreprenait une grande carrière de journaliste.  

Arrivé dans sa chambre à la confrérie, Ezechiele se laissa tomber sur son lit. Celui-ci était impeccablement fait. C'était un truc qu'avait l'étudiant. On ne pouvait pas vraiment dire qu'il était maniaque, mais il aimait que les choses soient rangées, qu'elles soient à la bonne place. Se coucher dans des draps propres était l'un des petits plaisirs qu'offrait la vie. Et il y en avait plein de ce genre. Ezechiele en collectionnait une petite dizaine. Ce genre de moment qui vous fait sourire bêtement. Le bruit de la machine à écrire. L'odeur du papier d'un livre neuf. Le pain chaud. L'air marin. Le sable chaud. Le post-coït. Parce que oui, il y avait ça, aussi. Son rapport aux femmes. Il les respectait, profondément. Du moins, celles comme sa mère. Les battantes, les ambitieuses, les rêveuses. Les femmes étaient l'un de ses petits plaisirs de la vie. De ceux qui sont un peu coupables. De ceux qui devaient rester secrets, intimes. De ceux qu'il s'accordait de temps en temps. Le plaisir charnel. Le seul et l'unique qui réchauffe le cœur et le corps.



Social Organizations
PHI DELTA PHI
(Pourquoi votre personnage devrait se trouver dans cette confrérie. Votre réponse en quelques lignes.)
Il ne faut pas avoir fait de grandes études pour voir l'évidence: Ezechiele est un beau garçon. Propre sur lui, il a appris avec le temps à prendre soin de lui, bien s'habiller, bien se coiffer. On ne peut pas vraiment dire qu'il soit imbu de sa personne comme beaucoup de PDP, mais il est bien loin de se négliger. Il n'est pas sans savoir qu'il a ce charme italien qui le caractérise bien et il n'hésite pas à en jouer si besoin. Son appétit pour les femmes n'est ni démesuré, ni irrespectueux mais il sait toutes les vertus d'une relation intime, de chair à chair. Heureusement, il n'est pas macho et pourtant, c'est pas faute d'avoir grandi dans un environnement du style. Dans sa famille, il n'a jamais été question de se trimballer en fringue bas de gamme. Tout était prétexte à se pavaner, s'apprêter et ces habitudes étaient restées dans le mode de vie du jeune homme bien que celui-ci ne vivent plus au sein de sa famille depuis un certain temps.
ZETA XI
(Pourquoi votre personnage devrait se trouver dans cette confrérie. Votre réponse en quelques lignes.)
Qui dit Ezechiele, dit sport. Oui, le jeune italien préfère largement partir courir plutôt que de jouer à il ne sait trop quel jeu vidéo. En effet, le garçon ne rate pas une occasion de s'entretenir. Il n'est jamais question de compétition dans la tête d'Ez. Il s'agit plutôt d'un plaisir qu'il prend le temps de s'accorder quoi qu'il arrive. Ce n'est pas un trop plein de travail pour son master qui l'empêche de faire une petite séance sportive. Pour une bel homme comme lui, c'est presque une nécessité. Comment pourrait-il prétendre au PDP, s'il n'avait pas ce culte du corps sculpté ou au ZX s'il n'aimait pas transpirer ? Avec ces amis ou seul. En salle ou en plein air, qu'importe. Tant que ses abdominaux et ses dorsaux restent en place, c'est tout ce qui lui faut. Enfant, il jouait au foot, comme tout italien qui se respecte. Il allait même au stade, en compagnie de son père, ses oncles et ses cousins. Toute la famille était dans l'ambiance du match. Peut-être est-ce ce genre de moment qui lui ont transmis la passion du ballon rond et des muscles saillants.
THETA NU
(Pourquoi votre personnage devrait se trouver dans cette confrérie. Votre réponse en quelques lignes.)
De la richesse de sa famille, Ezechiele n'en a jamais voulu. C'est sûrement la raison principale pour laquelle il n'a jamais délaissé l'école comme beaucoup de jeunes enfants gâtés pourraient le faire. Lui, il voulait sa propre réussite, sa propre fortune, sa propre ascension. Il n'était pas question de profiter du compte de papa. Par chance, il avait les capacités nécessaires à un bon niveau scolaire. Toujours dans les premiers, il était sûrement le plus intelligent parmi tous ses frères et soeurs, et au milieu de sa portée de cousin. C'était une chose qui rendait fière ses parents qui ne manquaient jamais de s'en vanter. Surtout son père dont la prétention était sans égal. L'école pour le jeune homme, c'était une vraie partie de plaisir, pas très compliqué et pas trop pénible. Il faisait avec, pour réussir et ça avait bien marché. S'il trouvait toujours du temps pour s'entretenir ou se regarder dans la glace, il en avait aussi pour étudier et ne jamais être à la traine par rapport aux autres. Il sait l'importance d'un bon niveau, d'un bon diplôme et d'une bonne carrière. Étudier à la bibliothèque n'est pas un problème pour lui. Aider les plus jeunes également.

Who I am ?
En vérité, je m'appelle Lily, mais on me reconnait souvent sous le pseudo de Carrybou. J'ai 19 bougies et je me suis inscrite sur HTSAS parce que je l'ai tout doucement créé et que je suis trop contente d'avoir pu faire ça avec Ninou  :keur:. J'ai trouvé le forum sur mon cerveau & celui de ninou et pour le peu que j'en ai vu, je le trouve DE LA BOMBE  :hate: . Ah ! j'oubliais, j'ai 1 compte qui est le suivant: @Ezechiele C. Madriani , @"pseudo de ton DC" & @"pseudo de ton DC"  Autre chose ? Plein de love sur tous et paix sur le fofo, j'vous aime  :hug: . Attention les copains, j'arrive !

© How to survive a scandal

Revenir en haut Aller en bas
Président PDP
Administration
avatar
IDENTITY
Messages : 304
Miamiams : 296
Age : 24
Date d'inscription : 12/03/2018
Autre(s) compte(s) : L. Holly Ziegler
Avatar : Jack Falahee
Crédit : Bat'phanie
Statut : Célibataire à ce qu'on sait
INFOS
INFOS
MES LIENS:
MES RPS PRÉVUS:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ezechiele C. Madriani •• Smile or go to jail   Lun 7 Mai - 21:14

Biography
La citation qui va bien


Create your history
Rien n'arrivait par hasard et la rencontre des parents d'Ezechiele et tout ce qui en avait découlé en étaient des exemples. En fait, tout avait été correctement et précisément prévu par les deux familles des années à l'avance. Pour tout dire, ils espéraient vraiment que la vie ferait ce cadeau de leur donner, à l'un, un garçon, à l'autre, une fille. C'était un peu une tradition. Disons simplement que le système était le même que celui des familles royales, aristocrates, riches. Il valait toujours mieux pour les affaires d'unir deux camps par un mariage plutôt que de laisser les relations papillonnaient comme elles le voulaient. Ça n'était pas la meilleure des choses à faire et ça ne respectait pas forcément toujours la notion de consentement mais c'était clairement la plus efficace surtout dans un tel contexte. La famille Madriani, c'est à dire le côté paternel de notre jeune homme avait toujours eu ce genre de réputation. Pour toutes et tous, ils étaient ceux qui ne laissaient rien passé et surtout pas une telle occasion de remplir un peu plus leurs rangs. Y entrer signifiait ne jamais en sortir.

La mère d'Ezechiele était ce genre de femme honnête née dans une famille corrompue. Et elle n'était pas la seule. En vérité, c'était le cas de nombre de ses tantes et également celui de sa grand-mère. Les femmes de la famille avaient tendance à venir de l'extérieur. Elles l'intégraient par mariage, par alliance, mais y naissaient rarement. Généralement, ils n'accueillaient que des petits garçons destinés à succéder à leurs pères dans les affaires. Question de génétique. C'était quasiment toujours comme ça en Sicile. Il y avait de la transmission et c'était ce que son père avait vu en son fils quand il l'avait pris pour la première fois dans ses bras. Tout s'était plus ou moins bien passé lors de l'accouchement et il fallait dire qu'il n'y avait eu aucune place pour d'éventuelles erreurs. Le petit garçon devait naître et vivre, même si la femme qui le mettait au monde en souffrait, voir pire, en mourrait. Il s'agissait de la descendance et on ne plaisantait jamais avec ça. C'était sûrement pour ça que le père d'Ezechiele avait cessé de rire. D'abord parce que tous ses espoirs en son ainé s'étaient évaporés, ensuite parce que la petite dernière était une fille et que même si elle représentait tout l'or du monde à ses yeux, il savait qu'elle n'aurait jamais l'étoffe de soutenir l'entreprise familiale.  

Enfant, Ezechiele était aimé. Sa mère le protégeait envers et contre tous, même lorsqu'il fallait tenir tête à son père, ce qui n'était pas sans danger. Elle gardait toujours un œil sur lui, qu'elle fusse en train de cuisiner, de tricoter ou de s'occuper de la maison. Étant le premier enfant, il était ce que ses parents avaient de plus précieux au monde et on eut cru, pendant le temps d'un instant que cela aurait poussé le patriarche, à s'assagir, se retirer momentanément des affaires, mais on se trompait : on ne sort jamais de ces affaires-là. Malgré tout, la famille était extrêmement unie et le jeune homme ne se souvenait pas d'un dimanche sans un repas en famille, d'une semaine sans un repas chez tel ou tel oncle, même s'il n'était pas spécialement le tonton préféré, d'une après-midi sans une sortie en mer. Parce que oui, ils s'offraient ce genre de luxe. On pouvait le voir rien qu'à leur maison, à eux, mais aussi aux autres. Rien n'était trop cher pour eux. Rien n'était trop précieux ou trop voyant, bien au contraire. Il fallait que les gens sachent, qu'ils changent de trottoir avant de les croiser, qu'ils baissent les yeux, et surtout qu'ils en parlent. La réussite naît de la rumeur et plus on parlait des Madriani, mieux c'était. Enfin, pour les hommes en tout cas. Ezechiele, lui, préférait la discrétion.

À l'école, il avait toujours eu tendance à se faire petit. Pas de bagarres, pas d'insultes, pas de problèmes avec les professeurs, et ce, aux grands désarrois de son père qui aurait aimé un garçon plus entreprenant, plus costaud et moins sage. Plus téméraire et courageux, disons le clairement. En vérité, personne n'avait jamais rien à lui reprocher. En primaire, il avait fait tout ce qu'il fallait pour obtenir de solides acquis. Au collège, il avait tout fait pour passer au lycée et à ce moment-là, il avait tout fait pour passer à l'université, sa seule porte de sortie. À la différence de ses cousins et son frère et sa sœur, Ezechiele était le genre de gamin qui travaille bien à l'école allant même jusqu'à exceller dans certaines matières. Il savait que c'était le genre de chose qui faisait plaisir à sa mère. Il était toujours content de rentrer chez lui, son contrôle à la main pour dire à tout le monde à quel point la maîtresse avait été fière de lui. Il le faisait pour ses parents, mais aussi pour lui, parce que comme tous les enfants du monde, il savait que faire une bonne chose revenait à obtenir une récompense et partir faire un foot avec son père et ses oncles étaient sûrement ce qu'il préférait. Tous n'avaient pas forcément le temps, mais chez les Madriani, tout fonctionnait ainsi : se il capo decide, tutti ubbidiscono.

Il avait fallu longtemps à Ezechiele pour comprendre de quoi, tout retournait. Il avait fallu plusieurs années pour qu'ils mettent les événements les uns en relation avec les autres. Ça n'avait pas été chose facile, mais il fallait dire que s'il y avait bien une chose de simple, c'était sa décision de ne pas en faire partie. C'était un peu ce qui expliquait son départ pour les États-Unis au moment même où il avait décroché son diplôme qui clôturait ses années lycée. Il avait promis à son père de revenir tous les deux mois, de ne jamais faillir dans ses études. En échange, celui-ci avait accepté de ne payer que les frais de scolarité et les vols pour revenir et retourner. Le débat de la succession s'était peu à peu atténué avec les années. Ezechiele avait fini par se dire qu'il avait peut-être laissé tomber, qu'il avait reporté ses projets sur son jeune frère beaucoup plus attiré par la fonction. Ou peut-être avait-il tout simplement des soupçons sur les activités de son aîné. Il fallait bien dire que quelque chose avait changé depuis son départ pour les États-Unis. Le jeune homme se permettait des remarques de ci, de là. Il n'hésitait pas à poser des questions, qui parfois étaient trop ambiguës ou suspectes pour certains. Et même, à d'autres moments, il avait l'impression de poser problème. C'était ce qui le poussait à continuer. Depuis ce que sa mère lui avait raconté, il avait pris la décision de ne jamais s'arrêter. Quoi qu'il en coûte, quoi qu'il advienne, il saurait, il le dirait au monde. Il allait mettre fin à tout ça, il se l'était juré et rien, absolument rien n'arrête un Madriani. Jamais.  


© How to survive a scandal

Revenir en haut Aller en bas
Omega Khi
avatar
IDENTITY
Messages : 358
Miamiams : 322
Age : 20
Date d'inscription : 12/03/2018
Autre(s) compte(s) : Aucune schizophrénie détectée
Avatar : Charlie Jordan
Crédit : By Hedgekey
Statut : Célibataire
INFOS
INFOS
MES LIENS:
MES RPS PRÉVUS:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ezechiele C. Madriani •• Smile or go to jail   Lun 7 Mai - 21:44

:bav: :luv: :keur:

_________________

☽☽ We found each other, I helped you out of a broken place. You gave me comfort, but falling for you was my mistake.

   
Revenir en haut Aller en bas
Président PDP
Administration
avatar
IDENTITY
Messages : 304
Miamiams : 296
Age : 24
Date d'inscription : 12/03/2018
Autre(s) compte(s) : L. Holly Ziegler
Avatar : Jack Falahee
Crédit : Bat'phanie
Statut : Célibataire à ce qu'on sait
INFOS
INFOS
MES LIENS:
MES RPS PRÉVUS:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ezechiele C. Madriani •• Smile or go to jail   Lun 7 Mai - 21:46

hey baby :perv: :cut:

_________________
full of honey and wounds
When a devil falls in love, it’s the most hauntingly beautiful thing ever. And you should be terrified, for he will go to the depths of hell for her. ▬ I am not here to tame your darkness,” she whispered,“ I am here to live in it.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
avatar
IDENTITYMessages : 162
Miamiams : 332
Age : 55
Date d'inscription : 12/03/2018
Autre(s) compte(s) : //
Avatar : Julianne Moore
Crédit : idk
Statut : Occupez vous de vos études.
INFOS
INFOS
MES LIENS:
MES RPS PRÉVUS:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ezechiele C. Madriani •• Smile or go to jail   Jeu 24 Mai - 15:36

Welcome here
c'est officiel, tu es des notre

Je l'aime bien ton petit mec, Carrybou. Il est italien à point, pas trop macho et canon :bave: . Il est juste parfait :coeur: J'ai hâte de voir ce que tu vas en faire IRP et puis j'ai hâte qu'Albana vienne lui casser les pieds :hoho: :coeur:

Chère @Ezechiele C. Madriani

Suite à votre arrivée dans notre belle ville qu’est Miami, nous vous informons que votre inscription a bien été étudiée, et confirmée. Vous faites désormais partie de notre communauté et qui dit communauté, dit règles. De ce fait, nous espérons que vous avez pris le temps de jeter un oeil à notre règlement. Si par mégarde, cela n’a pas encore été fait, nous vous invitons vivement à vous mettre aux normes.

Si vous êtes étudiants, nous vous rappelons que vous êtes placés pour l'administration dans le groupe appelé "En attente de confrérie". Pour plus d'informations, merci de vous rendre ici

De plus, n’oubliez pas de remplir au mieux votre profil, afin que vos camarades et collègues puissent mieux vous connaitre. Il faut également créer votre fiche de liens, pour tisser des relations avec l’ensemble des habitants de notre ville. Aussi, nous vous demandons de vous assurer que votre avatar est bien recensé dans le bottin, afin que les petits nouveaux sachent que celui-ci est déjà pris.

Comme toute personne de cette nouvelle génération, vous pourrez alimenter vos réseaux sociaux, renseigner votre numéro de téléphone. Vous pourrez aussi demander un appartement, ou une chambre étudiante dans la section prévue à cette effet.

La détente est également maître mot de votre temps libre, donc vous pourrez passer quelques minutes dans le flood !

Enfin, toute l’administration et moi-même vous souhaitons la bienvenue, officielle, et espérons que votre évolution parmi nous se déroulera sans encombre. À la moindre question ou au moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter afin que nous optimisions au mieux votre expérience à nos côtés.

Avec toutes mes amitiés,

Miss E. Winterbottom,
votre directrice adjointe.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
IDENTITY
INFOS
MessageSujet: Re: Ezechiele C. Madriani •• Smile or go to jail   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ezechiele C. Madriani •• Smile or go to jail
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Why do you smile all the time ? (RP libre : 1,2,3 personnes ?)
» I'll make you smile ! w/ Bak Yul
» ♣ Enjoy life and smile ♣
» Smile(y) me back!
» Léo ∆ I will show another me, I'll tell them what the smile on my face meant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOW TO SURVIVE A SCANDAL  ::  :: Your Registration :: Completed registration form-
Sauter vers: